Le transmongolien
  

Le transmongolien

Mongolia, Mongolie le 29/08/2012

 

Pour finir notre traversee en train, le Transmongolien nous emmene d'Irkutsk a Ulan Baator, 2 nuits, 1 jour, pour seulement 400 bornes.

Tout change. D'abord,on passe des plaskartny (la troisieme classe)au Kupe (la seconde), un wagon a compartiment comme en France. Un wagon tout neuf, tout moderne, a moitie vide, et compose uniquement de touristes etrangers. Un couple de jeunes anglais muets et deprimes partagent notre compartiment. Un train de seulement 5 wagons, 3 plaskartny et 2 kupe. En fait on se rend compte que les 3 plaskartny s'arretent a la frontiere mongole. La-bas, ils seront remplaces par des quatrieme classe mongoles.

Autre changement, au reveil, le paysage est tout autre : de vraies montagnes, un paysage ouvert. Les bouleaux resistent encore un peu sur les rives des ruisseaux et des etangs, et l'on voit des pins s'accrocher aux pentes les moins convoitrees, mais desormais c'est l'herbe qui domine. 

On longe le lac aux oies, 60 kms de long, mais ce sont les seuls infos glanes dans les guides. La carte de la Mongolie dit qu'il est peu profond, 60 metres au plus. Il est dispose entre deux montagnes mais la rive est colle aux parois raides, tandis que sur la rive ouest, celle que le train longe, il y a comme un glacis, une serie de replats. Entre la voie ferree, legerement surlevee, et le lac lui-meme, s'etend une zone plane, humide. On imagine un sol bien gras, l'herbe est haute, des hommes y font du foin. Ailleurs, on a planmte la tente et on est parti pecher en canoe. La journee est tres belle. Marie est contente, on voit les premiers troupeaux de chevres. Le conducteur siffle regulierement pourfaire bouger les troupeaux poses aux bords des rails.

Ah ca pourrait faire penser au plateau de Sault, mais les maisons tout en bois rappellent qu'on est bien au bout de la Siberie. 

Si l'on doit passer autant de temps pour parcourir aussi peu de kilometres, c'est que les arrets a la frontiere vont etre TRES longs : 297 minutes annoncees pour le cote russe, auquel il faut ajouter plus de deux heures cote mongol ! Allez, un peu de patience, une balade dans le bled complement perdu, et demain matin on sera a Ulan Baator. 

 

Commentaires

 Igor
Vous en avez de la chance! (Sauf pour la frontière) bon voyage!
 IG
Votre commentaire



Autres récits de voyage

Autres Recits en Mongolie