Escale caribeenne
  

Escale caribeenne

Caye Caulker, Belize le 02/04/2013

 

Nous voici a Caye Caulker (prononcez "Ki Colkeure"), un ilot pose dans la grande baie qui separe la cote belizienne et la mer des Caraibes, de l'autre cote de la barriere de Corail. Cette barriere est la deuxieme plus longue du monde apres celle d'Australie, et va du Mexique au Honduras. On appelle "caye" ces ilots issus du recif corallien, l'equivalent des motus polynesiens. Calcaire blanc sur lequel la mangrove a pousse, avant que le tourisme ne fasse pousser hotels et agences de plongee.

D'ici la barriere est a un mile, plein est. On voit la ligne blanche de l'ecume des vagues du large qui viennent frapper le corail emerge. 

On est arrives samedi, en plein weekend de paques .On dirait que toute la population du Belize se soit donnee RDV ici ! Une population plus bigarree qu'au Guatemala, avec des mayas et metis, des blancs, des noirs. On remarque les differents looks de ces derniers : des mamas creoles, des rastas, des jeunes habilles en rappeurs americains, casquettes de cote et T-shirts de club de basket. Ca donne des couleurs a cet endroit qui recoit aussi beaucoup de blancs tres blancs, ou tres rouges, c'est selon le jour d'arrivage.

Sur la route entre le Guatemala et Belize City, on a croise deux choses etonnantes : une course cycliste, et sur le bord de la route, des vendeurs ambulants un peu particuliers, avec leurs charettes tirees par un cheval (jusqu'a la quoi d'original?!) et leur accoutrement : salopette, chapeau de paille, et barbe sur un visage blanc : des mormons !!

On decouvre une ambiance caribeenne. Des baffles en plein air hurlent du raggaton et du boum boum. Les couleurs rastas sont partout (rouge, jaune, vert), un peu comme le rouge et noir au Nicaragua. Bob Marley a remplace Che Guevara comme idole absolu. 

L'hotel est bruyant mais il a quelques avantages : on campe pour pas grand chose, on dispose de la cuisine, de chaloupes et de velos, et d'ordis pour Internet (indispensable pour la preparation de Madagascar).

En journee, on trouve des alternatives a la foule et au bruit : balades en chaloupe ou a pied dans la magrove encore preservee au sud de l'ile. Mais la nuit, faut bien se rendre a l'evidence : les gens sont venus ici pour le soleil et pour la fete. Et pas la peine de compter sur la direction pour fixer des regles, c'est pas vraiment la politique de la maison ! Au matin, c'est un vrai carnage, les bouteilles jonchent les tables et le sol, les chiottes sont generalement impratiquables... dire qu'ya trois jours on etait en pleine nature loin de tout !

L'apres-midi cogne dur, et on essaye de se mettre a l'abri. Cet apres-midi, j'avoue que la tele mexicaine avait un programme allechant, provenant tout droit d'Europe, ou des petits bonshommes couraient apres un ballon sur un terrain en herbe... par contre je deconseille a quiconque de regarder du football apres avoir vu Barcelone, ca perd de son charme...

Ce mardi on s'est offert une viree a la barriere, histoire d'aller voir les poissons... coraux de toutes les couleurs poissons de toutes les tailles, raies,... (et meme une petite surprise !). On a fait le plein de photos, bientot sur le blog ! 

Les sentiments sont mitiges... les journees sont plutot agreables, mais les nuits penibles. Trop bruyant, trop festif, trop touristique, trop americain... Onse dit que sans des Sandino et des paysans comme ceux de la Finca La Florida, les pays d'Amerique centrale seraient aujourd'hui les 51eme, 52eme, etc.. etats des USA.

En voyant les touristes multiplier les coups de soleil et bitures, on se dit aussi que ce n'est decidement plus de notre age, et ca m'amene a faire une remarque generale sur notre voyage : qu'ils sont rares les trentenaires en vadrouille !! des gamins qui voyagent avec l'argent de papa-maman ou qui ont bosse un peu avant, ca oui ! Et notre budget "hebergement" et le fait d'eviter les sejours organises nous amenent a croiser assez peu de seniors. Mais etudiants (ou ex-etudiants de fraiche date) et seniors aises, ce sont la les categories qui voyagent.

Demain on file pour Tulum, le Yucatan, au Mexique. On va retrouver l'espagnol, les tortillas et les tacos, les ruines Mayas... tout en restant sur les rives de la Mer Caraibe !

 

Commentaires

 Nicolas
merci Pink pour le rectificatif !
 Pink
Oui Nico, super ta description du Honduras Britanique, pardon Belize! Il est vrai que j y etais juste avant l independance en1981....
Pour les Mormons, je te dis stop de suite! Ceux sont des communautés Mennonites, installées en amerique centrale pour la plupart, passeport US en poche,et qui refusent aussi le progres comme les Quakers et les Amish, sauf qu eux ne te casse pas les couilles avec de la propagande sectaire comme les Mormons(noeud)! J en avais rencontré la bas, de taille gigantesque:le pere 2m, le gamin 20 ans aussi et le jeunot 15 ans me depassait largement!!Origine hollandaise assurée je pense! Voila pour ce retour au trip 1980's.
En bref 32 ans apres peu de choses ont changes...
 Nicolas
ah oui je vois bien une speciale "enquete exclusive" sur les risques du bronzage, ou plutot sur une nouvelle forme de prevoyance : "comment une generation d'americains se prepare a mourir d'un cancer de la peau ou du foie, histoire de pas avoir a investir dans un fonds de pension pour sa retraite"
 Troubadourwan
Not woman, not cry....

Faites gaffe à ne pas finir dans un reportage de M6 ayant pour thème : caraïbes, corail et routards/ l'envers du décor....



Autres récits de voyage

Autres Recits en Belize