7 jours de rando, l´Overland Track

Cradle Mountain TAS 7306, Australie le 30/10/2012

 

L´Overland Track, une rando connue mondialement, la raison principale de notre venue en Tasmanie. Il a fallu payer 30 dollars par personne pour le droit d´entree dans les parcs, plus 200 dollars (aie!) pour faire la rando. Il faut s´inscrire et on doit randonner dans un sens, du nord au sud.

Avant de demarrer la rando, on fait le point sur le chemin a parcourir.

C´est relativement court, 80 kms. On doit dormir dna les cabanes mises a dispo ou poser la tente sur des aires amenagees. Au final on se doit de respecter les grandes etapes etablies, qui donnent entre 5 et 8 jouirs pour faire le chemin. Certaines etapes sont courtes permettent de faire des extras pour rejoindre des sommets ou des lacs. ca dependra surtout du temps.

D´abord le chiffre du jour, 2800. C´est la quantite de precipitations en mm qui tombent chaque annee sur Cradle Mountain, le depart. 3 metres d´eau, ya pas beaucoup d´endroits dans le monde qui peuvent se prevaloir d´un tel niveau. Il pleut depuis 16 heures et la meteo prevoit deux jours de neige sur le chemin pour les deuxieme et troisieme jours. On verra bien. Le denivele ne semble pas terrible, c´est plus la duree de la rando qui represente un challenge. On n´a jamais fait plus que 4 ou 5 jours d´autonomie.

On profite du confort du camping de Cradle Valley. Grande cuisine commune avec cheminee (yes!). On cuit du riz pour la midi du lendemain, et on aura droit a des oeufs pour le petit dej du depart. On a fait la boucle du Dove Lake dans l´apres midi.

On a compte 7 jours pour la rando proprement dite, plus un jour au depart pour se mettre dans l´ambiance et faire une petite balade, et deux jours a l´arrivee pour se remettre et profiter du site du Lac St Clair. On debarque a Cradle Valley avec de la bouffe pour 10 jours. On s´est preparé pour un regime de warriors. Nouilles chinoises le matin, muesli et barres de cereales le midi, riz ou semoule le soir !  

Jour 1, on a marche sur la neige. Au ciel, de la pluie et du brouillard, et sur les hauteurs, on trouve encore des plaques de neves. La neige a l´air quand meme fraiche, avec le mauvais temps et la fraicheur de ces derniers jours, et deja trempee par la pluie du jour. Le chemin aussi est trempe. Souvent il s´agit de palissades en bois, sur lesquelles on ne pas utiliser les batons, car sinon ils se coicent entre les planches. Et la pluie les rendent glissantes. Entre deux secteurs de palissades, on a droit a un sentier de rochers et de flaques.  On apercoit a peine le sommet de Cradle Mountain, un chemin y monte, mais ca servirait a pas grand chose d´y monter. On se pose donc a la premiere cabane de Waterfall Valley. Nous sommes 5 dans la cabane, un groupe de 3 malaisiens et nous, avec qui on va partager cette rando.  

Jour 2, on a marche sous la neige. Un jour difficile s´annonce des le debut depuis Waterfall Valley. Un temps execrable, de la pluie fine, continue, froide, et du vent fort, de cote. Il faudra se contenter de parcourir 8 kms pour rejoindre Wintermere. C´est court, mais 18 kms de plus par ce temps c´est pas possible. A force de marcher dans la lande tourbeuse, les chaussures commencent a faire floc floc, malgre les guetres. Evidemment on ne voit pas grand chose. On croit parfois qu´un nuage va se lever et faire apparaitre un sommet, mais c´est pour qu´une nouvelle couche de brouillard surgit et ramene de la pluie.  En arrivant a la cabane, la pluie se transforme en neige, elle tombera toute la nuit. Pour les malaisiens c´est magique ! (l´un d´entre eux n´avait jamais vu tomber la neige).

Jour 3, ca s´ameliore. Une grosse journee, 18 kms, divisee en deux parties. D´abord la traversee d´un long plateau sur des passerelles enneigees et tres glissantes. Une bonne neige de printemps, bien lourde et bien trempee ! un tout petit rayon de soleil cherche a se glisser entre les nuages. Pas de vent heureusement car on est particulierement expose. Le paysage se decouvre un peu, on peut la grande vallee glaciaire en contrebas, qu´on longe en position de balcon. Par contre, on ne voit pas les sommets au dessus de nous. Deuxieme partie, on descend dans une foret, sur un chemin devenu un long ruban boueux: Les vieilles planches de bois retiennent l´eau, en fait il semble que les equipes en charge de l´entretien du chemin se refusent a le drainer en creusant des rigoles. Parfois les planches ne sont plus fixees au sol et flottent sur des flaques, quand tu marches dessus c´est rigolo... On comprend pourquoi le fonds du vallon s´appelle Frog Flats, dire que c´est une aire de camping... On arrive finalement a la cabane de New Pelion Hut, sous un ciel presque bleu, et avec une vue enfin degagee, qui donne notamment sur le Mont Oakgley et ses falaises.

Jour 4, c´est officiel, il peut faire beau en Tasmanie. On nous avait promis une belle journee, on est servis ! Pas un nuage a l'horizon de toute la journee ! Cote chemin, le souvenir de la pluie se fait toujours ressentir, floc floc. C'est le jour pour essayer un chemin annexe, un "side trip". On va tenter le Mont Ossa, plus haut sommet de Tasmanie, a...1600 m d'altitude. L'ascension demarre depuis un col sur l'overland, on passe un autre petit col puis on tombe vite sur la neige. Le groupe de malaisiens fait demi-tour, Marie veut pas aller plus loin, mais c'est si difficile de resister a la tentation... La neige tient sous mes pas mais on sent qu'elle fond (ah la neige de printemps !) Une montee raide, la traversee le long du versant puis je me retrouve sous une cheminee pleine  de gros blocs. Je buterai sur l'un d'entre eux, il vaut mieux rebrousser chemin.

La redescente vers la prochaine cabane est assez longue, du fait du chemin super boueux. La grande difference entre le debut et la fin de journee, c'est que le matin on essaye d'éviter de marcher dans les flaques, on tate leur profondeur, on joue sur les cotés, les quelques pierres posées... en fin de journée, t'as qu'une idée en tete, celle d'arriver...droit devant ! Kia Ora Hut est une tout petite cabane tout en bois, a l'ancienne, avec son poele a charbon. Elle rappelle les cabanes pastorales des Pyrénées. 

Jour 5, here comes the sun again. Une journée courte en distance mais finalement assez longue, grace a nos amies les flaques de boue, auxquelles s'ajoutent des dédales de rochers sur des passages étroits. Avec nos sacs on est plutot du genre encombrants, alors on se se creuse un passage dans la broussaille. Trois cascades sur de petits chemins annexes, ula descente d'un col dans une foret d'eucalyptus géants et nous voici a Bert Nichols Hut, en hommage a un trappeur du debut du siecle, dont la tete rappelle Tom Waits. 

Jour 6, qu´il est long le chemin du retour. Pour beaucoup de randoneurs, l'Overland Track s'arrete a Narcissus Bay, sur les bords Nord du Lac St-Clair, ou un ferry les raméne a Cynthia Bay. Mais pas nous ! On continue a pied jusqu' a dormir a Echo Point, et demain il nous restera 11 kms. Tjours le ciel bleu au dessus de nous, les mares boueuses en dessous, les racines et les trons d'arbres a contourner de toutes les facons. Au soir, devant notre platree de vermicelles, on pense a ceux qui sont devant un fish and chip...On pense aussi a une douche, a un lit chaud, a un BBQ qui accueillerait nos grillades d'agneaux.

Jour 7, des hauts et des bas. Derniers kilometres le long du st-clair, sous la foret. On arrive aux alentours de 2 heures de l'apres-midi et on fete ca avec de la bière et des frites au bar du lac, aux tarifs "maison". On part ensuite pour Derwnet Bridge, le pseudo village le plus proche, ou on nous a parle d'un bar / resto / epicerie. A l'arrivé, coup de bambou, ils n'ont quasi rien dans l'épicerie ! On commande un burger (sans bières),un peu inquiets de la suite... comment passer deux jours de plus ici si on ne peut pas refaire le plein de bouffe ? On a le choix entre le resto du lac aux tarifs prohibitifs et nos restes de nouilles chinoises... En allant payer a la caisse on tente d'interroger la dame : du pain ? du fromage ? du bacon ? des oeufs ? oui oui oui et oui !! youpi !! Pas loin, un hotel fait bar et il nous fournira le vin, on est sauvés !

Les deux jours suivants auront un gout particulier : posés au camping, on va avoir droit a de la pluie sans interruptions ! La tente inondée, on se rabat sur le dortoir, avec accès a une cuisine commune pour sécher les affaires, se réchauffer et bien manger. Une dernière balade sous la pluie et la neiege fondue, et on reprendra le bus. Le séjoiur en Australie tire a sa fin. Au revoir les passerelles en ois, les chutes d'eau, la gadoue et la froid. 

En conclusion, l'Overland Track c'est long malgre le peu de kilometres. Les repères donnés par le parc se basent sur du 3 kilometres par heure, et effectivement on  a rarement fait plus.  Cote bouffe on a fait fort : une semaine sans pain, sans viande, sans produit frais, sans patate, sans vin ni bière ! 

Pour terminer, une petite chanson sur la Tasmanie (surnommee Tassie)

Tassie c´est fini, et dire que c´etait l´ile ou l´on s´est gele les couilles

Tassie c´est fini, je ne crois pas que je remangerai de nouilles.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Australie